René Gateaux, mathématicien français, né à Vitry-le-François en 1889, mort au combat en Artois en 1914

Retour en images de la conférence - © Photos Jean-Luc Le Toqueux, docteur en mathématiques

Conférence par M. Laurent Mazliak, enseignant-chercheur à Sorbonne Université, Laboratoire de Probabilités, Statistiques et Modélisation

Mercredi 2 octobre 2019, le Rex-Centre culturel à Abbeville

Issu d’une famille modeste de Vitry-le-François et pur produit de la promotion sociale permise par la IIIe République, René Gateaux est un jeune mathématicien entré à l’École Normale Supérieure en 1907. L’analyse mathématique vit alors en France un moment particulièrement fécond avec, notamment, les découvertes d’Émile Borel et d’Henri Lebesgue sur une nouvelle manière de concevoir la mesure des ensembles et l’intégration des fonctions. Sur ces sujets, le jeune Gateaux va recevoir des informations de première main. C’est aussi pendant son séjour à l’ENS qu’il se convertit au catholicisme, baignant dans une ambiance intellectuelle qui voisine avec le catholicisme social. Une fois obtenue l'agrégation de mathématiques, il est nommé professeur au lycée de Bar-le-Duc, et entame dans le même temps une thèse relevant de l'Analyse fonctionnelle dans l'esprit de Vito Volterra, célèbre mathématicien italien auprès duquel il va d’ailleurs travailler à Rome en 1913. A l’été 1914, René Gâteaux est rattrapé par la guerre. Mobilisé comme lieutenant, commandant d’une section de mitrailleuses, il est tué le 3 octobre 1914 à Rouvroy dans le Pas-de-Calais. Ses recherches inachevées ont pourtant eu une postérité, car Paul Lévy réalisa une édition posthume de ses travaux et leur donna une extension considérable dans ses Leçons d'analyse fonctionnelle (1922).