Les graveurs d'Abbeville dans les livres du fonds ancien de la bibliothèque patrimoniale



Serran écriture, dessin de Werner, gravé par F.-J. Dequevauviller © Archives et bibliothèque patrimoniale d’Abbeville
Serran écriture, dessin de Werner, gravé par F.-J. Dequevauviller © Archives et bibliothèque patrimoniale d’Abbeville

Conférence par Philippe Tillier, membre titulaire

Mercredi 7 novembre 2018 à 14h30

 

 

Les graveurs, sous l’Ancien Régime, ont consacré une bonne part de leur production à l’illustration de livres. La gravure en taille douce, qui avait supplanté la gravure sur bois dès la fin du XVIe siècle, devint la technique de prédilection des burinistes du XVIIe siècle et des aquafortistes des deux siècles suivants.

 

Les graveurs d’origine abbevilloise, en collaboration avec les peintres, les dessinateurs et les éditeurs, ont laissé des traces abondantes et variées de ce qu’on appelait alors des « vignettes », estampes hors-texte insérées entre les pages imprimées.

 

La bibliothèque patrimoniale d’Abbeville ne conserve dans son fonds ancien qu’un petit nombre de ces ouvrages précieux. Ils ont survécu aux guerres, aux incendies, aux déménagements et au pillage des gravures qu’ils contenaient. S’ils sont de qualité inégale, les 32 livres qui nous restent méritent cependant d’être tirés de l’oubli et avec eux ceux qui les ont mis au jour.

 

La présentation que nous donne M. Philippe Tillier permet non seulement d’apprécier le travail des peintres et des graveurs qui les ont interprétés, mais aussi celui des relieurs, des papetiers, des typographes et de éditeurs qui ont parfois réalisé des chefs-d’œuvre.

 

C’est enfin l’occasion d’évoquer quelques textes célèbres, ou d’autres qui le sont beaucoup moins mais qui ont eu leur heure de gloire et dont la redécouverte peut réserver de bonnes surprises. (PT)