Les sauvages et les barbares de Montaigne

Jean-François COCQUET

 

 

Conférence par Jean-François Cocquet, professeur de lettres honoraire, membre correspondant, le mercredi 5 avril 2017 à 14h30.


Les sauvages et les barbares de Montaigne - Jeune fille Bororo Brésil  Mato
Jeune fille Bororo Brésil Mato Grosso

Conférence par Jean-François Cocquet, professeur de lettres honoraire, membre correspondant, le mercredi 5 avril 2017 à 14h30.

Le mot  "barbare", plus  encore que celui de "sauvage", est aujourd'hui maintes fois repris. Par lui s'expriment les sentiments d'incrédulité horrifiée et de répulsion qu'inspirent des actes d'extrême violence. Il convient donc d'en préciser le sens à la lumière de Montaigne.

 

L'auteur des Essais se livre en effet à un examen critique de l'emploi des mots "barbare" et "sauvage" : il en dévoile les sous-entendus et les présupposés idéologiques ; la diversité des formes culturelles dans l'espace et dans le temps et leur récusation réciproque le conduisent à réfléchir aux notions de nature humaine et de lois naturelles universelles, c'est-à-dire à une philosophie morale et politique.

 

Mais qui sont les barbares et les sauvages de Montaigne ? Les Incas, les Aztèques et les peuples dits primitifs du Brésil que l'Occident découvre avec le Nouveau Monde et que notre auteur cherche à comprendre avec curiosité et sympathie ? Ou les conquistadores qui recourent aux moyens les plus déloyaux et brutaux pour établir, au nom de la religion vraie, leur domination ? Ou les chrétiens eux-mêmes au temps des guerres de religion ?

 

Les barbares et les sauvages ne seraient plus alors ces autres lointains mais ces prochains devenus autres et que l'on choisit de désigner comme tels... Attitude que Montaigne dénonce et qui invite à le relire. (JFC)